Accueil

Actu

Franck DUMOULIN, objectif Londres !

Lundi 30 Janvier 2012

Franck DUMOULIN, objectif Londres !

Franck Dumoulin, Champion Olympique de tir à 10 m en 2000 et parrain des Etoiles du Sport en 2007, nous en dit plus sur sa préparation pour les Jeux de Londres.

A quelques mois des Jeux Olympiques de Londres, où en êtes-vous de votre préparation ?

L'échéance est loin et très proche à la fois. La sélection n'étant pas encore effectuée, il faut que la préparation soit progressive.
Il faut garder l'envie, sans précipitation, enchainer les compétitions de qualifications tout en pensant à l'objectif final.
Je travaille à nouveau depuis juin dernier avec un de mes anciens entraîneurs, Pierre Philip.


Pouvez-vous nous en dire plus sur le processus de sélection ?

Il faut tout d'abord qualifier la discipline sur le plan international. Chaque tireur ne peut obtenir qu’un seul quota, non nominatif. Ensuite, charge à la fédération de mettre en place une sélection nationale pour envoyer le ou les athlètes les plus en forme quelques semaines avant les Jeux.
L'été dernier, j'ai obtenu un quota sur la discipline du pistolet 50m Libre. Si je suis sélectionné par la Fédération, je m'engagerai sur mes deux disciplines de prédilection, le pistolet 10m et 50m.
Les prochaines échéances déterminantes pour la qualification pour les Jeux sont les Championnats d’Europe de tir à 10m en février, les trois Coupes du monde "Londres, Milan et Munich" et les sélections Olympiques lors des Masters de Volmerange Les Mines, du 5 au 10 juin prochain.


Qu’attendez-vous d’un événement comme les Jeux Olympiques d’un point de vue personnel et pour votre discipline ?

Les Jeux Olympiques, c’est le moment pendant lequel notre discipline est la plus couverte par les médias. Un résultat permet d'avoir une belle publicité. Pour ma part, j’espère participer à mes 6ème Jeux : un bonheur de vivre une telle échéance. Ce sont des émotions que je ressens de plus en plus rarement, alors c’est une raison de plus pour les vivre à fond et sans regrets.

Le tir est encore une discipline peu médiatisée et peu répandue en France, arrivez-vous à vivre de votre Passion ?

Le tir est et restera toujours peu médiatisé. Nous sommes pourtant le deuxième sport individuel pratiqué au monde.
La Fédération Internationale modifie régulièrement les règles pour rendre la discipline plus attractive aux yeux des médias et du CIO mais cela ne change pas.
Lors des portes ouvertes organisées dans les clubs, lors de salons, une foule de gens veulent essayer et apprécient cette discipline. Je pense que c'est une question de culture et cela le restera. Les armes sont mal vues en France.
Je vis de cette passion grâce à mon principal sponsor : la police nationale qui aménage mon temps entre le sport et mon travail.


Comment expliquez-vous votre longévité au plus haut niveau depuis près de 20 ans ? (5 participations aux Jeux Olympiques !)

L'amour pour cette discipline, ma persévérance, la recherche du match parfait, le manque de relève, mon travail qui me permet de concilier les deux, une remise en cause permanente et l'envie d'aller toujours plus loin sans regarder derrière.
"Rien n'est acquis, tout est à toujours redécouvrir", "Jamais de problèmes, que des solutions"


Enfin, qu’avez-vous retenu de votre participation aux Etoiles du Sport en 2007 et aux différentes Universités ? Etes-vous toujours en contact avec Julien Valtz, l’Espoir que vous parrainiez à l‘époque ?

Les Etoiles du sport, c'est une famille. En faire partie, c'est une grande fierté, nous sommes reconnus par nos pairs et c'est pour la vie.
Julien Valtz est encore dans mon ombre, il lui manque de trouver sa bonne étoile pour que je puisse prendre ma retraite. Aujourd'hui, nous nous entrainons tous les jours ensemble.


Merci à Franck de nous avoir accordé de son temps et bon courage pour la suite.

A lire aussi

Toutes les archives

Galerie photos